La polyclinique



La polyclinique

Projet d'établissement

Projet d'établissement

La Polyclinique Saint Laurent a signé un contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens avec l’Agence Régionale de Santé de Bretagne, le 27 avril 2007, pour une durée de cinq ans.

Dans ce document, les orientations stratégiques de l’établissement ont été déclinées comme suit :

Orientation stratégique n°1

Conforter le rôle de la Polyclinique dans ses activités de médecine spécialisée

La Polyclinique a historiquement développé des activités de médecine spécialisée : c’est notamment le cas de la cardiologie et de la pneumologie (maladies respiratoires, oncologie thoracique…) et de l’addictologie plus récemment.

La prise en charge des pathologies cardio-vasculaires constitue une priorité du Schéma Régional d’Organisation Sanitaire n° 3 (SROS III). La Polyclinique dispose d’un service de cardiologie de niveau 2, dans la graduation des soins, avec une unité de soins cardiologiques (USIC) et une garde cardiologique senior sur place doublée d’une astreinte en cardiologie interventionnelle 24h/24.

En janvier 2007, lors de la révision du volet « Médecine d’urgence et articulation avec la permanence des soins » du SROS, la Polyclinique Saint Laurent s’est vu reconnaître dans les activités de médecine d’urgence au titre de plateau technique hautement spécialisé en cardiologie.

L’établissement est membre de droit du Réseau régional « Bretagne Urgences » auquel il a adhéré.

La Polyclinique dispose d’un service de pneumologie permettant d’aborder en consultation et en hospitalisation toutes les maladies respiratoires ; il s’attache tout particulièrement à la prise en charge des cancers thoraciques, du premier diagnostic aux soins palliatifs. Une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) en oncologie thoracique fonctionne sur le site de l’établissement et s’inscrit dans le cadre du Réseau de Cancérologie ONCORENNES.

L’établissement bénéficie actuellement sur site d’un centre de radiologie conventionnelle et d’un plateau d’imagerie interventionnelle en cardiologie. L’importance de son activité médicale nécessite le transfert de nombreux patients vers des centres disposant de scanner ou d’IRM, notamment dans le domaine de la radiologie thoracique. Le dépistage du cancer du poumon par scanner se développe ainsi que le coroscanner ; l’utilisation de l’IRM pourrait aussi permettre de détecter de manière non invasive les lésions coronaires.

La Polyclinique souhaite mettre en place ces techniques d’imagerie qui sont un complément indispensable de ses activités médicales et qui améliorent la prise en charge des patients hospitalisés.

Orientation stratégique n°2

Confirmer la Polyclinique comme pôle de chirurgie oculaire

Dans son premier contrat d’objectifs et de moyens (signé le 8 janvier 1999), la Polyclinique Saint Laurent s’était donnée comme objectif la confirmation de l’orientation ophtalmologique de sa chirurgie. En 2009, près de 3 100 opérations de la cataracte ont été réalisées.

La Polyclinique souhaite poursuivre son développement sur ce créneau d’activité. Il s’agit d’une réponse au vieillissement de la population car la prévalence de la cataracte, la dégénérescence maculaire et le glaucome sont liés à l’âge.

Le développement de la chirurgie ambulatoire est un des objectifs du SROS III. La part des séjours réalisés par la Polyclinique sur le geste traceur de la cataracte est de 72% en 2009 contre 27% en 2006.

Orientation stratégique n°3

Améliorer la réponse aux besoins de populations spécifiques

La Polyclinique se caractérise par la diversité de ses prises en charge (médicale, chirurgicale, psychiatrique et soins de suite) et s’adresse à des populations spécifiques clairement identifiées par le SROS III. Améliorer la réponse à leurs besoins est une priorité de l’établissement.

Le contrat expérimental signé entre l’ARH de Bretagne et l’Etat pour 3 ans (2005-2008) a retenu le thème accès aux soins palliatifs parmi les objectifs régionaux spécifiques avec le souhait d’accroître le nombre de lits identifiés soins palliatifs (LISP). La polyclinique dispose d’une unité résidentielle de 6 lits et a également été autorisée à améliorer l’accompagnement des patients en fin de vie au sein de son service de médecine - tout particulièrement en pneumologie - et de son unité de soins de suite en installant 9 lits identifiés soins palliatifs.

L’organisation des soins en addictologie est également une préoccupation régionale. L’Unité Fonctionnelle d’Alcoologie (UFA) de la Polyclinique participe à la prise en charge des patients en difficulté avec l’alcool. En relation étroite avec les autres structures de santé, dans le cadre du réseau Alcool 35, cette unité médicale compte depuis 2010 un accueil en structure de jour, susceptible d’être le relais de l’hospitalisation complète et un point d’ancrage pour prévenir la rechute. Un centre d’aide à l’arrêt du tabac complète ce dispositif.

La Bretagne est principalement concernée par le suicide, avec des taux supérieurs à la moyenne nationale. Le SROS en fait une de ses priorités. Le service de psychiatrie de la Polyclinique inscrit son action dans la prévention et la prise en charge des personnes suicidaires, en collaboration avec les autres établissements psychiatriques rennais.

Les pathologies respiratoires sont particulièrement représentées en Bretagne. Selon les experts, le handicap respiratoire risque d’augmenter de façon importante dans les années à venir en particulier à cause des Broncho Pneumopathies Obstructives (BPO). Spécialisée dans la prise en charge médicale des pathologies respiratoires, la Polyclinique a été autorisée à développer la prise en charge des insuffisants respiratoires tant en hospitalisation qu’en ambulatoire au sein de son unité de soins de suite.