Actualités



Actualités

Saint-Laurent sait prendre soin de votre coeur

Saint-Laurent sait prendre soin de votre coeur

Journal Ouest-France du mardi 14 décembre 2010

 

Complémentaires des urgences cardiologiques du CHU, celles de la polyclinique Saint-Laurent accueillent 3 500 patients par an. Un service de pointe ouvert 24 h sur 24 et 7 jours sur 7.

 

Dr Victor
Comme le Dr Frédéric Victor, douze cardiologues exercent à la polyclinique Saint-Laurent.

 

Reportage

« J'ai ressenti une douleur à la poitrine. Ça m'oppresse. » Service de cardiologie de la polyclinique Saint-Laurent. Cette dame âgée vient d'être amenée par les pompiers. Allongée sur un brancard, elle tient encore son sac à main entre ses bras. Forcément inquiète. Son cœur montre des signes de faiblesse avec une sérieuse suspicion d'infarctus. « Ne vous inquiétez pas. Tout va bien se passer », la rassure le Dr Frédéric Victor, cardiologue, en l'accompagnant dans une salle d'examens. Là, son cœur et ses artères vont être scrutés avec un appareillage sophistiqué. Le diagnostic des cardiologues ne tarde pas. La patiente devra être hospitalisée.


Au même moment, c'est une jeune femme qui se présente dans le service sous la recommandation de son médecin. « La prise en charge des personnes présentant des pathologies cardiovasculaires est l'une des activités majeures de la polyclinique », précise le Dr Victor. « 12 cardiologues y exercent en permanence dans un service qui comprend 55 lits d'hospitalisation avec une unité de soins intensifs, un centre de cardiologie interventionnelle et d'électrophysiologie et un plateau d'explorations cardiologiques non invasives. »


Un acteur de la carte sanitaire


C'est un des deux pôles phare de cardiologie de Rennes avec le CHU de Rennes. D'ailleurs, le service de cardiologie de Saint-Laurent, dans le cadre de la modification du schéma régional d'organisation sanitaire datant de janvier 2007, a positionné la Polyclinique dans le dispositif territorial de prise en charge des urgences. « Nous ne sommes pas du tout en concurrence avec les urgences cardiologiques du CHU, précise le Dr Victor. Bien au contraire, nous travaillons en complémentarité et nous nous rencontrons très régulièrement. » Au patient de choisir où il préfère être hospitalisé sachant que la qualité des soins est identique dans les deux établissements. « La seule différence est que nous ne pratiquons pas, à la Polyclinique, la chirurgie cardiaque lourde. Nos patients sont opérés au CHU. » Un exemple de bonne coordination sanitaire.


« En tant que service d'urgence cardiologique, nous assurons une permanence médicale 24 heures sur 24 et 365 jours par an doublée d'une astreinte d'un cardiologue interventionnel à domicile. » Environ 3 500 patients par an sont accueillis aux urgences cardiologiques orientées le plus souvent par leur médecin généraliste ou le Samu. « Un peu plus de 50 % d'entre eux nécessitent une hospitalisation », souligne le cardiologue.


Au rang des innovations, le développement de la télé-cardiologie. « Nous proposons à nos patients équipés de prothèses cardiaques, un petit récepteur qu'il place à côté de leur lit et qui recueille quotidiennement et automatiquement les données de leur prothèse. » Données qui transitent par satellite et arrivent sur les ordinateurs de la Polyclinique. « Depuis un an, nous suivons 130 de nos patients par ce système. C'est très rassurant et sécurisant pour eux et notamment ceux qui habitent loin de Rennes. » De quoi éviter des déplacements ou transferts inutiles.


Samuel NOHRA